Rechercher

Facebook

 

Faire un don


Corinne

Corinne

URL site internet:

 

Quoi de neuf pour le mois de novembre ?

Des brocantes !!

Eh oui ! Nous avons reçu un nombre important de vêtements et d’objets que nous allons vendre à différentes brocantes, au profit des enfants du Burkina Faso.

 

L’association vous donne donc rendez-vous le dimanche 13 novembre, de 8 heures à 20 heures, à Draveil (91) au Port aux cerises, pour sa toute 1ère brocante !

Alors n’hésitez pas à nous soutenir de quelques manières que ce soit :

- nous rencontrer à la brocante et partager un moment de convivialité

- faire des dons matériels à l’association : objets, vêtements, etc

- faire des dons financiers

Au nom de toute l’équipe d’amour en action, MERCI de votre générosité.

A très bientôt !

Mercredi, 07 Septembre 2011 09:54

Famine dans la Corne de l'Afrique

Bonjour à tous et à toutes!

Aujourd'hui, c'est à moi de partager avec vous quelques réflexions sur la crise humanitaire sans précédent que connaît actuellement quatre pays de la Corne de l'Afrique, notamment la Somalie.

 

 

Depuis la mi juillet 2011, l'Ethiopie, le Kenya, Djibouti et surtout la Somalie (1 million de somaliens), connaissent un enlisement dans la pauvreté humaine qui sévit depuis des années, pauvreté et misère qui touchent les plus vulnérables. Les Nations Unies estiment à 12,4 millions de personnes touchées par la crise alimentaire actuelle, dont 2,4 millions d'enfants.


L'Organisation des Nations Unies (l'ONU) et ses différentes ramifications, ainsi que les Organisations Non-Gouvernementales (ONG) présentes sur ce territoire, portent jusqu'à nous le cri désespéré de ces populations en souffrance.

 

 

Quelle est la situation dans cette région de l'Afrique?


L'ONU et les ONG distinguent deux situations très préoccupantes du fait de divers facteurs, et par ailleurs différentes. D'une part, il y a la Somalie, et d'autre part les deux autres pays de la Corne de l'Afrique concernés par la crise humanitaire: l'Ethiopie et le Kenya.

Tout d'abord, des trois pays touchés par la crise alimentaire, seule la Somalie a basculé dangeureusement dans la famine, ce qui "s'aggravera tout au long des 4 mois qui viennent", à déclarer une ONG basée au Kenya. La famine dans ce pays est dûe à deux facteurs principaux, c'est-à-dire la sécheresse, historiquement dure cette année, et la guerre depuis 1992 qui finit par détruire le pays, et qui entrave l'acheminement de l'aide humanitaire -nourriture, soins médicaux, sécurité- vers les populations meurtries.

 

 

En effet, les ONG et le PAM (Programme Alimentaire Mondiale, branche de l'ONU) présents en Somalie, n'atteignent qu'une frange de la population, car ils sont bannis, du fait de la guerre, des zones contrôlées par les insurgés islamistes, opposants du gouvernement de transition somalien. Ainsi, l'aide humanitaire organisée n'est pas ou peu implantée - la Croix Rouge Internationale témoigne de leur travail "constant d'acceptation" par les insurgés dans ces zones afin d'atteindre les plus démunis- dans certaines régions du pays, limitant leur impact auprès des familles en danger, mais surtout auprès des enfants!

 

Certaines ONG déclarent donc devoir trouver "des moyens créatifs d'accès aux populations", par exemple, en travaillant étroitement avec les chefs traditionnels des villages de la Somalie. Ainsi, ces derniers connaissant les familles ou individus plus plus vulnérables -orphelins, personnes âgés,...- ils distribuent avec les représentants des ONG des colis alimentaires, ou plus étonnant, de l'argent (cet argent provient de dons de particuliers, de mécènes u Monde entier ou de fonds alloués aux ONG) pour acheter de la nourriture.

 

Le PAM a malheureusement constaté une nette et folle augmentation du prix des denrées alimentaires de base, empêchant à une majorité de la population de se nourrir: 117% d'augmentation du maïs dans certaines régions de la Somalie, ou 300% d'augmentation du riz...

 

 

Dans un second temps, le phénomène qui inquiète les ONG et l'ONU c'est l'afflux de réfugiés somaliens vers les pays frontaliers -l'Ethiopie et le Kenya- qui connaissent "une insécurité alimentaire" , soit l'étape qui peut faire basculer ces pays dans la famine!

Ainsi 8 millions de somaliens ont fui leur pays et se sont dirigés chez leurs voisins afin d'y trouver nourriture, sécurité... et l'espoir de vivre mieux. 400 000 vivent dans des camps, dont le plus connu est celui de Dodaab, au Nord du Kenya. Malheureusment, le déplacement de ces populations s'avère dangereux pour elles même car, les ONG "ne peuvent assurer la sécurité physique des individus" d'autant plus que le contexte de troubles et de guerre est menaçant en Somalie.

 

Que pouvons-nous faire?

 

 

Quelque soit les manquements des uns et des autres -est-il nécessaire de trouver un responsable?! il faut aider à la solution- des pères, des mères, des enfants sont tous les jours fauchés par la mort, habités par l'angoisse et l'insécurité du futur.

Quelque soit les raisons politiques, économiques, humaines, matérielles à l'origine de cette crise de sécurité alimentaire jugée "inadmissible" par Mr Jacques DIOUF, directeur de la FAO (Organisation pour l'Alimentation et l'Agriculture, rattachée à l'ONU), quelque soit les réponses (discutables ou non) des différentes ONG sur place, des solutions à court, moyen et long terme sont apportées aux populations qui sont affaiblies.

 

Une question s'impose à moi: que puis je faire concrètement pour aider ces enfants et leurs familles?

 

Je vous l'octroie, c'est une question naïve, mais tout de même, elle est plus que jamais  troublante et réelle (pour ceux et celles qui se posent ces questionnements et/ou qui s'impliquent d'une manière ou d'une autre dans des projets humanitaires, partagez avec notre équipe dans la partie "commentaires" de notre blog.

 

 

 

Les aides sont plus ou moins évidentes et multiples: aider les ONG ou les associations humanitaires par des dons de toutes sortes, s'investir dans du bénévolat en France ou sur place dans les pays en difficultés, signer des pétitions pour réveiller les consciences comme celle de "endinghunder", par le partage de connaissances ou de savoir faire avec les locaux (par exemple, aider à la construction de canaux d'irrigation ou de creusements de puits pour renouveler l'agriculture d'un village), ... et comme Amour En Action, notre association, travailler en lien avec des orphelinats et des maisons d'accueil au Burkina Faso, pour changer au quotidien la vie d'enfants.

A mon sens, la moindre implication, ponctuelle ou durable de chacun d'entre nous, peut faire boule de neige et changer la vie de personnes en grande précarité!

 

 

Allons donc sur les sites des ONG ou d'associations humanitaires, rencontrons les, informons nous sur ce qui se passe autour de nous, dans ces pays criblés par la famine, agissons avec les moyens (grands ou petits) à notre disposition. Ne les oublions pas! Nous sommes tous liés les uns aux autres!

 

 

 

Dernière alerte de l'UNICEF que je souhaite partager avec vous: Une épidémie de Choléra touchant principalement les enfants de moins de 2 ans est partie dde Mogadiscio (capitale de la Somalie) et s'étend dans le pays.

Visionnez la vidéo: http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=sw9-FGmOz5w#t=170s

 

 

Corinne secrétaire-adjointe d'Amour en Action